Actualités

Bien acheter son fonds de commerce

Pour l’entreprenant, acheter un fonds de commerce ou une entreprise est une étape cruciale. Cette démarche doit s’organiser avec beaucoup de rigueur sous peine de voir vos projets ruinés à tous jamais par des difficultés insoupçonnée. Nous ne saurions trop vous recommander de vous faire assister par des professionnels du monde de l’entreprise tels que les avocats d’affaires, les experts comptables, les professionnels de la cession et transmission d’entreprises. Leurs concours n’est hélas pas gratuit, mais ils seront à même de vous faire éviter bien des embûches. L’acquisition d’un commerce ou d’une entreprise est un domaine particulièrement complexe et qu’il est bien difficile de maîtriser lorsque l’on l’aborde pour la première fois. Même si vous pensez être capable d’aborder seul une négociation, n’oubliez pas, comme le dit l’adage, que « le diable se cache dans les détails… » !

Avant toute chose, il convient de définir votre projet pour être sur que votre choix correspondra à l’épanouissement de vos compétences. N’hésitez pas à vous imprégner du secteur d’activité dans lequel vous projetez de vous lancer. Ce n’est en aucun cas une perte de temps, car vous apprendrez toujours une foule de choses au contact des professionnels et risquez de découvrir certaines contraintes auxquelles vous n’aviez pas songé auparavant.
Assurez vous de l’engagement de votre entourage familial. La reprise d’un commerce ou d’une entreprise s’apparente de très près à une quasi création. Bien que dans la majorité des cas la reprise soit bien moins risquée de la création pure, il n’est reste pas moins vrai que l’énergie à y consacrer est très comparable. Acheter un fonds de commerce ou une entreprise est un sacerdoce… Bon courage !

Voici quelques petites indications qui pourraient vous être bien utiles pour faire votre approche dans le cadre d’un achat de fonds de commerce.

Apport personnel

Faites l’état de vos apports personnels, tant en liquidité qu’en biens à réaliser (maison ou appartement à vendre, voiture personnelle…). Dans notre système actuel il est hélas illusoire d’imaginer avoir un prêt bancaire sans un apport personnel minimum. Celui-ci devra représenter entre 20 et 25% du montage global. Si vous n’avez pas la totalité de cette somme, des dispositifs d’aides diverses existent. Renseignez vous auprès de votre chambre de commerces ou de votre chambre des métiers. Des organismes comme l’ADIE ou APCE peuvent également vous épauler, contactez les !

Acheter un fonds de commerce : votre projet

Faites une sélection d’affaires susceptible de vous intéresser sur le site commerces-en-direct.fr et créez une alerte mail. Ainsi dès qu’une annonce correspondant à vos critère est publiée sur le site, vous en serez immédiatement averti ! Soyez réactif et contactez au plus vite le vendeur. Si le bien correspond effectivement a vos attentes, n’hésitez pas à demander les documents clefs et à rentrer directement en négociation. Le monde des affaires est caractérisé par sa rapidité et l’attentisme risque fort de vous tenir à l’écart des meilleures opportunités. Manifestez votre intérêt, cela aura le mérite de vous faire connaître au vendeur qui vous intègrera vraisemblablement sur sa table de négociation.

Juridique

Après examen attentif de la fiche descriptive complète du bien qui vous intéresse, demandez la communication des éléments comptables, du bail, de l’état descriptif du matériel ainsi que la liste du personnel. Cette démarche s’effectue de nos jours de plus en plus par mail ce qui accélère considérablement l’analyse préalable de l’entreprise. Prenez le temps de les examiner avec le plus grand soin. Le bail notamment est un document particulièrement important, car il détermine pour toute la durée de votre activité la nature des relations qui vont vous lier au propriétaire des murs. Leurs rédactions diffèrent énormément et leur étude se fait au cas par cas. Le choix de consulter un avocat d’affaire spécialisé dans les baux commerciaux est souvent un bon investissement.

Valorisation du fonds de commerce

Pour vous rendre compte de le cohérence du prix demandé vous devez apprécier, entre autres, les critères suivants : la valeur commerciale de l’emplacement, le chiffre d’affaire des trois dernières années ainsi que le bénéfice annuel moyen, l’évolution du secteur d’activité et les perspectives de développement, la qualité des installations et du matériels, la compétence du personnel en place… Les professionnels de la vente de fonds de commerce et de la transmission d’entreprise seront également de bon conseils pour vous indiquer la valeur « du marché » sur le type d’activité que vous convoitez.

Validation de votre projet

Reste à déterminer la faisabilité et la viabilité financière de votre projet. L’expert comptable est un acteur incontournable pour réaliser ou valider le bilan prévisionnel de reprise de l’activité. Ce document est le sésame pour toute demande en banque. Du prévisionnel va découler également l’intérêt final de toute la démarche d’acquisition. Combien de projets enthousiastes de reprise d’entreprise ne se sont pas heurtés à l’implacable réalité des équilibres comptables ! Avant tout engagement avec le vendeur, validez la viabilité économique que votre projet.

Accompagnement

Enfin n’oubliez pas qu’un engagement ferme peut être lourd de conséquences et peut vous conduire à de graves dommages et intérêts si vous n’êtes pas en mesure d’honorer vos engagements. C’est pourquoi nous vous conseillons d’être très prudent et de ne pas hésiter à vous faire conseiller ou assister d’un professionnel. Dans tous les cas, votre engagement devra être assorti de conditions suspensives dont les plus courantes sont : l’obtention d’un prêt, l’avis favorable des expertises de conformité, l’obtention des documents administratifs indispensables à l’exercice de certaines professions (règlementés ).

Financement

Le banquier est souvent celui qui à le dernier mot. Rare sont les situations ou la réalisation d’une transaction ne soit pas subordonnée à un accord de prêt. Malgrés toutes les publicités tapageuses, l’examen du dossier de reprise ainsi que le déblocage des fonds est souvent une opération dont on sous-estime la longueur. Le cédant en est souvent exaspéré et nous vous conseillons de le tenir informé très régulièrement des avancés de votre dossier afin qu’il ne perde pas patience…
Un certain nombre de documents sont à votre disposition pour vous familiariser avec leurs pratiques. Attention toutefois à les adapter aux particularités rencontrée. Voir article financer la reprise d’un fonds de commerce